Hidayah

Les qualités à développer pour « un cœur attaché à la mosquée » #ALOmbreDuTrône

shutterstock_157793129Le Jour où le soleil sera rapproché à près de 1,820 Km de la création, il n’y aura plus d’échappatoire, aucune excuse acceptée ni rachat possible. Nous serons, le Jour Dernier, seuls face à nos œuvres…espérant en La Miséricorde du Très Miséricordieux.  Ce Jour là, il y aura des vainqueurs et des malheureux…

Penser au Jour Dernier m’a toujours plongé dans une profonde angoisse ; suis-je à la hauteur,  est-ce que je fais ce qu’il faut, mes œuvres d’aujourd’hui auront-elles une quelconque valeur ce Jour là ?

Mais Sheikh Ibrahim Mulla m’a donné espoir. Lors du séminaire « Ma place à l’Ombre du Trône », j’ai compris que la Miséricorde de Dieu est bien au-delà de ce que mon esprit peut appréhender.

Pendant deux jours, Sheikh Ibrahim Mulla nous a plongés dans l’étude du hadith de l’espoir ; celui qui nous dit qu’en dépit de nos imperfections, de nos erreurs, de nos manquements Allah Soubhanahou wa ta’ala nous donne l’opportunité d’être parmi les élus le Jour Dernier en accomplissant des actions qui nous sont accessibles.

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit:

« 7 personnes seront couvertes par Allah dans Son ombre le jour où il n’y aura pas d’autre ombre que la sienne :

– un dirigeant juste

– un jeune qui a grandi dans l’adoration de son Seigneur

– un homme dont le cœur est accroché aux mosquées

– deux hommes qui se sont aimés pour Allah ils se sont rassemblés pour lui et se sont séparés pour lui

– un homme qu’une femme noble et belle a appelé et lui a dit: Je crains Allah

– un homme qui a fait une aumône qu’il a cachée au point où sa main gauche ne sait pas ce que sa main droite a dépensé

– un homme qui a mentionné Allah alors qu’il est seul et s’est mis à pleurer ».

(Rapporté par Boukhari et Mouslim)

Ce hadith est une source d’inspiration et son importance est de taille car ainsi que nous a expliqué Sheikh Ibrahim Mulla :

« à partir du moment où on est ressuscité et appelé sous le Trône d’Allah avant même la remise du hisab, on sait qu’on est élu d’Allah. Ce qui veut dire que nous serons dans le bon chemin pendant toutes les étapes qui suivrons. »

Une de ces catégories m’a particulièrement touchée parce qu’elle concerne un lieu qui a la capacité de changer les cœurs et le monde : la mosquée !

Dans la mosquée, il n’y a plus d’inégalité. La personne nécessiteuse est au même rang que le plus riche. L’égalité est parfaite entre les croyants. Faire partie de la catégorie de ceux « dont le cœur est accroché aux mosquées » est une action qui ne connait aucune limite d’âge ou de position dans la société ; c’est une œuvre accessible à chacun d’entre nous.

Voici quelques conseils que nous avons reçu lors du séminaire afin d’espérer faire partie de cette catégorie  en ayant conscience que l’objectif n’est pas uniquement d’être présent à la mosquée mais de développer les qualités spirituelles  au cours de cette présence :

Être assidu à la prière du Icha à la mosquée, ensuite la prière du Fadjr le lendemain ; cela durant toute sa vie

Le Prophète a dit :

« Celui qui fait la prière du Icha en congrégation c’est comme s’il avait prié la moitié de la nuit. Et celui qui accomplit le Fadjr en congrégation c’est comme s’il avait prié la nuit entière ». (Rapporté par Ahmed)

Rester assis après les prières, et prendre le temps de lire les invocations

Le Prophète a dit :

«  Celui qui accomplit la prière du Fadjr et ensuite reste assis et fait du dikhr jusqu’au lever du soleil et ensuite prie deux unités de prière, il lui est inscrit l’équivalent du grand pèlerinage (hadj) et du petit pèlerinage (Oumra) complet. » (Rapporté par At Tirmidhi)

Être déjà présent lorsque l’Imam débute la prière

Le Prophète a dit :

« Celui qui prie pendant quarante jours chaque prière en congrégation en étant présent dès l’ouverture de la prière (Atakbira al oula) il lui est garanti la protection contre le feu de l’enfer et la protection contre l’hypocrisie ». (Rapporté par At Tirmidhi)

Ne jamais rater la prière du Fadjr à la Mosquée

Le Prophète a dit:

«Allah préparera un endroit au Paradis pour celui qui se rend à la mosquée au matin ou au soir, chaque fois qu’il s’y rend ». (Rapporté par AI-Bukhari et Muslim)

Être présent dans la mosquée dès que le créneau horaire d’une prière commence

Le Prophète a dit :

« L’action la plus aimée par Allah est la prière accomplie à son heure (dès la première heure) (…) » (Rapporté par Ahmed)

Ne manquer le Takbir du début de chaque prière pour rien au monde

Wa Kib Ibn Jarah rapporte à propos de l’imam Al A’mach :

« Al A’mach avait atteint l’âge de soixante dix ans et n’avait pour l’instant jamais manqué une prière en congrégation ».

Arriver toujours à la Mosquée en premier

Le Prophète   a dit :

« Il m’a été rapporté qu’un ange se rend à la mosquée avec un étendard à la mosquée accompagnant le premier croyant qui y s’y rend. Il reste avec cette personne jusqu’à ce qu’elle rentre chez lui. » (Authentifié par Al AlBani)

Arriver très tôt à la Mosquée le Vendredi

Le Prophète   a dit :

«  Celui qui prend un bain le vendredi et qui se rend à la mosquée à la première heure à pied sans prendre de monture et s’assoie près de l’imam et écoute attentivement, reste silencieux et concentré,  aura pour chaque pas depuis sa maison jusqu’à la mosquée, la récompense d’une année de bonnes actions, incluant les prières et les jeunes. » (Rapporté par At Tirmidhi)

Arriver tôt à la mosquée et attendre le début de la Salat

Le Prophète a dit :

« Voulez-vous que je vous indique l’action par laquelle Allah efface les péchés et augmente vos bonnes actions ? Il cita l’accomplissement des ablutions dans les moments difficiles et multiplier les pas vers la mosquée et le fait d’attendre et d’enchaîner différentes prières. »

Être toujours présent au premier rang

Le Prophète a dit :

« Si les gens savaient la valeur de l’appel à la prière et la valeur du premier rang et qu’ils n’avaient d’autre alternative que de se rendre à la mosquée à ce moment en rampant, ils iraient en rampant ». (Rapporté par Al Boukhari et Mouslim)

S’attrister quand on manque une prière à la Mosquée

Boukhari rapporte que quand il arrivait à Al Aswad de manquer une prière en congrégation il était tellement désemparé qu’il s’empressait de chercher une autre prière où il pouvait encore prier avec les croyants.

Être catastrophé quand on manque une seule prière à la mosquée

Naf’ih rapporte à propos d’Ibn Omar :

« S’il lui arrivait de manquer la prière du Icha à la mosquée, il était tellement attristé qu’il restait le reste la nuit en adoration ».

Comprendre la profondeur du sens de l’appel à la prière, et s’y rendre quelles que soient les circonstances

Lorsque Abdullah Ibn Mas’oud était très malade il tenait quand même à se rendre à la mosquée. Ses compagnons disaient :

« Ô Abou Yazid, Allah ta donné des facilités ! Il serait mieux que tu pries chez toi » Il répondit : « Certes, cette facilité existe dans l’Islam mais j’entends le mouadhine clamer venez vers le succès et celui qui entend cette formule doit absolument s’y rendre même s’il faut pour cela ramper ».

Avoir le cœur rempli de joie à la simple vision d’une Mosquée et s’y précipiter pour y accomplir une prière

Ibn Chaz rapporte que lorsque l’on marchait avec Al Banani on ne passait pas devant une mosquée sans qu’il ne décide de s’y rendre et d’accomplir deux unités de prière.

Accomplir la prière de la nuit dans la Mosquée et y passer toute la nuit

Ibn Saad rapporte que Soulaymane Al Taymi était un homme de grande piété, un narrateur de Hadith de confiance et il avait l’habitude de prier la salat du Icha et de faire la prière de la nuit avec les mêmes ablutions. Il emmenait avec lui chaque soir son fils et  ils passaient la nuit dans une mosquée différente priant jusqu’à la prière du Fadjr.

Aimer les longues prosternations

Ibn Wab raconte à propos de Soufyane Al Thawri :

«  J’ai vu Soufyane prier dans la mosquée de la Mecque et après la prière du Marghrib il était en prosternation et resta dans cette position jusqu’au adhan du Icha. »

Ce sont là des qualités que nous pouvons commencer à développer dès maintenant en plaçant nos espoirs en Allah! Car  pour reprendre les mots de Sheikh Ibrahim « Si on attend que nos actions pèsent lourd pour avoir un rang le jour Dernier, on n’ira pas très loin. On fait ce que l’on peut et on espère qu’Allah accepte !»

Share Button

One thought on “Les qualités à développer pour « un cœur attaché à la mosquée » #ALOmbreDuTrône

  1. BEN

    Salam je me permets de vous envoyer ci-dessous le hadith concernant le thème « être toujours présent au premier rang » car celui que vous avez mis n’est pas précis.
    selon Abou Hourayra , le Prophète a dit : « Si les gens connaissaient les vertus de l’adhan et du premier rang (en salat) et s’ils ne trouvaient d’autre moyen pour se départager que le tirage au sort, ils auraient recours à cette méthode. S’ils connaissaient les mérites qu’il y a à se rendre tôt à la mosquée (pour accomplir la salat), ils feraient la course pour y parvenir les premiers. Enfin, s’ils connaissaient les vertus de la salat de ‘isha et de celle du subh, ils y viendraient, même en rampant. » [Bukhari et Muslim]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *